“LES NUAGES EN PEINTURE”

“LES NUAGES EN PEINTURE”

GÉNÉRALITÉS

Peindre les nuages semble toujours difficile, pourtant si l’on tient compte de l’aspect immatériel des nuages, on se rend très vite compte qu’ils offrent de multiples possibilité en terme de représentation picturale.

Le côté aléatoire de leurs infinies dispositions dans le ciel offrent tout un panel de choix quant à la façon de les immortaliser en peinture.

Une grande liberté est permise en peinture car le sujet n’est pas figé. L’émotion, la fantaisie, les couleurs sélectionnées, l’orientation et le mouvement donné aux nuages sont infinis.

Autant de minutes passées à observer un ciel, autant de ciels différents dans leurs couleurs, leur intensité, l’émotion qu’ils vont susciter en nous.

L’émotion tout d’abord, ce que l’on veut voir se dégager du tableau prime avant tout :

Est-ce un ciel doux et serein sans mouvement qui sera représenté ? ou au contraire veut-on faire ressortir l’aspect dramatique, torturé par les vents d’un ciel… Veut-on à travers les nuages rendre l’ensemble de la peinture expressive ?

https://www.pinterest.ca/pin/821766263251965293/

LA MANIÈRE de représenter “LES NUAGES EN PEINTURE”

Tout d’abord dans le geste.

Premièrement, les nuages en peinture peuvent être traités de différentes manières :

On constate que le geste dans la peinture a énormément d’importance. En effet le geste est considéré comme le médium par lequel passe le souffle de l’artiste, afin que l’esprit de l’artiste s’exprime. Le geste est ici tout simplement un coup de pinceau. Il est intéressant de voir comment un petit geste peut avoir autant d’importance dans la lecture de l’oeuvre peinte…

En effet, selon le geste, la “facture” ou plutôt la manière dont la peinture sera exécutée, se reflètera la personnalité de l’artiste.

On parlera ainsi de la “touche” du peintre. La touche est la manière dont le peintre par son coup de pinceau ou de brosse pose la couleur sur la toile
La touche peut être apparente ou invisible, épaisse ou fine… De la touche et de son empâtement dépendent le rythme et la facture finale de l’œuvre.

On pourra également y décrypter l’émotion ressentie par celui-ci lors de l’exécution du tableau.

En résumé, on parle de “facture” en peinture comme “traitement caractéristique” qui lui est donné, comme une signature le traitement d’une œuvre est dicté par le style de l’artiste. Il dépend de nombreux paramètres, comme le coup de pinceau, mais aussi la vitesse d’exécution, le degré d’empâtement et la matière utilisée.

LA MATIÈRE” et les couleurs dans la représentation des “NUAGES EN PEINTURE”

https://www.pinterest.ca/pin/43487952640445680/

“LES NUAGES EN PEINTURE” et l’aspect matériel et contingent de la peinture:

En premier on observe les “accidents, les textures et aspérités“, permettant au spectateur d’entrer en relation avec la subjectivité de l’artiste auteur de l’œuvre. … En second, la facture peut être lisse, empâtée, rapide, large, brillante, saccadée, violente, nuancée, douce caressant le sujet…

Ainsi de cette matière et de la gestuelle que l’artiste imprime sur la toile découle un discourt non verbal, silencieux, celui de ses émotions et de sa personnalité . Cela vient éclairer l’oeil du spectateur sur l’artiste.

Pour conclure, “LES NUAGES EN PEINTURE” peuvent revêtir autant de formes qu’il y a de ciels et d’artistes.

“LES NUAGES dans ma PEINTURE”

https://pascalevallee.com/produit/paysage-marin-peinture-2018/

Pour commencer, les ciels m’ont toujours fascinée.

Reflets sur la mer, couchers de soleil, forces insufflées par les couleurs …

Ces ciels ont toujours été un sujet d’interrogation pour moi. Parfois violents bousculés par les vents, dramatisés par la lumière, illuminés par un soleil couchant, adoucis par la lumière du jour se levant, les ciels ont souvent donné le ton dans ma peinture.

J’aime explorer les méandres tantôt filandreux tantôt lisses et dispersés de ces masses cotonneuses. La matière y est très présente, le mouvement perpétuellement renouvelé.

Le mouvement dans ma peinture se lit essentiellement dans mes ciels et mes mers. J’impose ainsi le rythme au tableau. Je lui donne le ton. Je lui insuffle toute mon énergie et la mets au service de la représentation que j’exprime par le geste.

Pour résumer, ce geste je le veux fluide sans retenue et libre….Comme sont libres les nuages et les vagues en mer….

Étiqueté , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *