MATIERE 6 – Origamis et Photographie

150,00

Description

MATIERE 6 – Origamis et Photographie

Ici le sujet traite en photographie d’une sculpture exposée au Grand Palais à Paris lors de l’évènement « Art Capital en 2019.

J’ai aimé les couleurs chatoyantes de cette composition stylisée faite de papiers origami.
Le mouvement, l’orientation donnée à la trame, redent la sculpture très animée.

J’aime à imaginer ces petites pastilles de papier se frôlant et s’agitant dans tous les sens dans un bruissement de papillon.

la poésie qui se dégage de l’oeuvre, presque une musique.

MATIERE 6 – Photographie et le rapprochement avec les origamis

Pour commencer, cet art est un des plus anciens arts populaires, au VI ème siècle, en Chine.

En premier, aux origines le terme « origami » vient de oru (plier) et kami (papier). Il s’agit d’un art traditionnel du papier, d’origine chinoise, qui se serait introduit au Japon vers le XIII e siècle avec le Bouddhisme. On utilisait des papiers pliés lors des rituels.

L’origami apparaît pour la première fois en Chine, pendant la dynastie des Han.

Puis, en second il est exporté au Japon, par des moines bouddhistes. Aujourd’hui très répandu dans le monde, notamment en Europe, l’origami est devenu un art très convoité des jeunes enfants et des artistes.

Certains pliages comme la Grue japonaise sont devenus des symboles de paix en raison d’une célèbre légende racontant que « quiconque plie mille grues verra son voeux exaucé ».

Les origamis au Japon

C’est vers l’an mille, que l’on voit apparaître les premiers modèles d’animaux à plier comme la grenouille, le crabe, la grue ou encore le papillon. Depuis, le pays n’a pas cessé de développer et perfectionner les techniques pour donner naissance à l’art de l’origami.

Plus ancien, l’ usage religieux de l’origami connu à ce jour est le katashiro.

Cela représente une divinité. On l’utilise pendant les cérémonies shinto du temple Ise.

Ainsi, sont apparus de cet Art au Japon L’origami, le kumigami, le chigri, le kirie, le kirigami.

Le kirigami n’a pas eu une très grande influence dans le monde en dehors du Japon.
Finalement, il n’y a pas beaucoup de documents sur cet art de manipulation du papier.

MATIERE 6 – Origamis et Photographie – en Occident

C’est dès le début des années 1800, que Friedrich Fröbel, répandit le modèle du jardin d’enfants. Celui-ci considérait que l’assemblage, le tressage, le pliage et le découpage du papier étaient des aides pédagogiques bénéfiques au développement des enfants.

Vers 1890 est publié Le Livre des amusettes dans lequel le terme amusette de papier désigne des origamis.

Joseph Albers, père de la théorie moderne des couleurs et de l’art minimaliste, a enseigné l’origami et le pliage du papier dans les années 1920 et 1930.

Sa méthode consistait à utiliser des feuilles de papier rondes pliées selon des spirales ou des courbes. Cette méthode eut une influence sur les artistes modernes d’origami, comme Kunihiko Kasahara.

Plus près de nous, en 1978, en France, apparaît le Mouvement français des plieurs de papier (MFPP),

Ce mouvement est à l’origine créé par Jean-Claude Correia.

Parmi les artistes français, Didier Boursin poursuit son travail éducatif.

Mélangeant la poésie de l’origami et l’apprentissage des mathématiques, par exemple.

Il est à noter ses travaux sur les avions en papier (voir Aerogami) et les pliages de serviettes.

Aussi, ‘origami peut prendre des proportions démesurées : Le 7 décembre 2010, une girafe de 4,38 m de haut fut créée au centre national d’Amsterdam par un groupe de 30 étudiants.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “MATIERE 6 – Origamis et Photographie”



Produits exclusifs

Catégorie spéciale de produits