« Rêverie » peinture huile 2012

675,00

Description

« Rêverie » peinture huile 2012

Cette toile est une peinture réalisée au couteau et à l’huile.

Elle est de de format 60 cm x 60 cm et est encadrée d’une caisse américaine laquée blanche

Cette réalisation est de style impressionniste et représente une enfant observant un jardin au travers d’une baie vitrée,

elle semble songeuse, rêvant possiblement à de futures escapades.

La rêverie – « Rêverie » peinture huile 2012

Nous connaissons tous le principe de rêver, rêver en sommeil, ou le rêve inconscient. En effet, le contenu du rêve d’un rêveur de la nuit fait appel à l’inconscient. Il n’y a donc pas lieu d’être conscient dans le premier type de rêve, donc pas de « je » qui rêve », pas de rêveur. Car il est impossible pour lui de parler en sa personne, c’est-à-dire de pouvoir dire « c’est moi qui rêve ».

Mais il existe un autre type de rêveur, le rêveur de la rêverie dans ce cas, est conscient. Sa conscience lui permet de dire « je ».

Celui-ci, s’il peut énoncer un  » je suis  » car il est conscient que c’est lui « qui rêve sa rêverie », se laisse aller à la rêverie pour ne plus être obligé de penser rationnellement,

En conclusion, »je suis » et le « je pense », est la revanche de l’imaginaire sur la raison.

Rêverie

Auguste Lacaussade

Dis-moi, mobile étoile aux ailes de lumière,
Qui poursuis dans l’azur ton vol mystérieux,
Où va ta course ? Est-il un but à ta carrière ?
Cloras-tu quelque part tes ailes dans les cieux ?

Dis-moi, lune pensive, ô pâle voyageuse !
Cheminant aux déserts du firmament lacté,
Dans quelle profondeur obscure ou lumineuse,
O lune ! cherches-tu le repos souhaité ?

Dis-moi, vent fatigué, qui vas à l’aventure,
Comme un déshérité sans foyer ni repos,
Est-il un lit secret au fond de la nature,
Est-il un nid pour toi dans l’arbre ou sur les flots ?

Dis-moi, mer tourmentée, au murmure sauvage,
Qui te plains à la nuit, qui te plains au soleil,
Par delà l’horizon est-il quelque rivage
Où tu doives trouver un lit et le sommeil ?

Et toi, cœur inquiet, plus agité que l’onde,
Plus errant que la brise et qu’un rien fait gémir,
Est-il un lieu béni, dans l’un ou l’autre monde,
Où tu puisses, mon cœur, oublier et dormir ?

Auguste Lacaussade, 1876
Recueil : Anthologie des poètes français contemporains, G. Walch, Paris Delagrave, 1918

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “« Rêverie » peinture huile 2012”


Produits exclusifs

Catégorie spéciale de produits